Loading...

Musiciens instructeurs

ABAZAR MUSA
CHANT

Premier musicien d’ICORN dans la ville de Harstad, Abazar est un chanteur réputé, militant pour la paix et pour les droits de l’homme au Soudan. Il commence à chanter pour la paix au Soudan à un âge précoce, et forme son premier groupe, Balsam, à l’université. En 1997, il devient célèbre au niveau régional lorsqu’il rejoint Igd Elgalad Band et, en 2005, il quitte  son métier d’architecte pour débuter une carrière solo, en lançant le projet «Rainbow Songs». Celui-ci rassemble des musiciens de tout le Sud-Soudan, visant à diffuser des paroles sur les droits de l’homme et la dignité auprès du comité de suivi de la musique. Abazar Musa a sorti son premier album solo, « Sabahak Rabah » (« Good Morning Home ») en 2007, mais a connu une censure croissante dans son pays d’origine. Les chansons qui traitent des problèmes sociaux et politiques et qui traversent le Soudan sont particulièrement contrôlées et, après une grave censure et des menaces verbales, Abazar a choisi l’exil et s’est exilé au Caire en 2008. En 2009, il a créé le projet «démocratiser la musique» en collaboration avec d’autres musulmans soudanais et égyptiens, forum pour partager des ressources plutôt que de se battre. Abazar est arrivé, comme premier musicien invité de Norvège à Safe Music Haven Harstad le 10 décembre 2014.

ABO GABI
CHANT

Chanteur syro-palestinien, Abo Gabi est né en Syrie. Il est diplômé de l’université de Damas en journalisme et en médias.

Il étudie également la musique orientale et le chant ainsi, ainsi que les origines du chant et de l’improvisation de la mystique orientale avec des professeurs de Syrie, de Turquie, d’Azerbaïdjan et d’Asie centrale.

Il enregistre 2 albums solos « Hejaz harb », en 2014 et « Taksier Sharki », en 2015. Il gagne aussi de nombreux prix : Notamment le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse à Beyrouth en 2015 et le Grand Prix au Festival international Kélibia en 2016, en Turquie. Il vit en France.

ABOUL HAMEED SAKHIZADA
DAMBORA

Aboul Hameed est un musicien hautement reconnu d’Afghanistan, spécialiste du dambora et de la musique traditionnelle Hazara communauté à laquelle Hameed appartient. Le dambora est un instrument à deux cordes de la famille des percussions. Hameed est renommé en Afghanistan ainsi qu’à l’étranger. Il a représenté l’Afghanistan dans le Concours annuel de musique ABU 2012, la version asiatique du Concours de l’Eurovision. Il a fait plusieurs apparitions à la télévision afghane, notamment après 2008, alors qu’il était deuxième de l’étoile afghane, une variante de la série American Idol. Il a joué en Corée du Sud, en Australie, en Turquie, au Kazakhstan et aux Émirats arabes unis. Il a également produit trois albums. Il est installé en Norvège.

ANASTASSIA LOUNIOVA
CYMBALUM ET CHANT

Anastassia est une chanteuse et une joueuse de cymbalum, diplômée du conservatoire et de l’école d’art de Biélorussie.

À partir des années 2000, elle se lance dans l’élaboration et la direction de projets d’éducation artistique en Biélorussie puis en France. En 2015, elle devient présidente et directrice artistique de l’association Art’Espoir à Besançon. Ce projet associatif a pour objectif de créer un programme éducatif et multiculturel pour les jeunes.

Site internet

AZMARI NIRJHAR
CHANT

Azmari Nirjhar est une chanteuse bengalie qui a obtenu de nombreuses récompenses dans son pays. Elle a enregistré 3 albums solos : « Poramukhi » en 2003, « Shurjomukhi » en 2005 et « Shopnomukhi » en 2012 et a participé à plus de 150 albums avec différents artistes. Elle est invitée régulièrement à des émissions radiophoniques et télévisuelles dans son pays d’origine. Sa popularité lui a permis de prêter sa voix, en tant que chanteuse, dans plus de 50 films. A côté de sa carrière artistique, Azmari Nirjhar milite au sein de diverses associations pour l’égalité femmes-hommes et le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes. Elle a créé en 2010 l’association. « Shocheton Nari Shongothon » pour lutter contre les violences faites aux femmes et pour leur indépendance. Elle est installée en France.

BASHAR AL DGHLAWI
PERCUSSIONS

Né à Homs en Syrie, il débute sa vie musicale à 10 ans dans son école et découvre très rapidement ses passions : la percussion et le rythme. A 16 ans, il commence à jouer dans des cercles avec des professionnels et dans des clubs locaux puis avec Mourched Aneneni et son groupe Inchad Al Ghassanieh.

Membre du syndicat des artistes en 1998, il obtient en 2003 le titre de percussionniste oriental.

Pendant cette période, il travaille dans l’orchestre étoile Al-Nujoum sous la direction de Hadi Bakdounis jouant avec les plus grands chanteurs arabes : Samir Yabek, Tony Hanna, Azar Habib,  Asala Nasri.

Jusqu’en 2016, il occupe plusieurs postes de responsable musical (vice-président de l’Institut Arabe de la Musique,  président du bureau des affectations des musiciens) à Homs. Cette même année, il quitte son pays pour la France pour la sécurité de sa famille.

HOVHANNES KARAKHANYAN
DUDUK

Né à Erevan (Arménie) en 1987, dans une famille de mélomanes, il est dès l’enfance en contact quotidien avec le monde de la musique. Son père, sans être professionnel, joue très bien de l’accordéon ainsi que son oncle qui, lui, est professionnel.

A Moscou, où ses parents sont partis vivre pendant deux ans, il entre à l’école de musique. De retour en Arménie, il continue ses études. Lors d’un festival de musique à Erevan il rencontre le fameux maître du duduk  Djivan Gasparyan , (Artiste du Peuple et professeur au conservatoire de cette ville). A l’écoute de cet instrument, Hovik envisage la possibilité d’une carrière musicale professionnelle.

À l’âge de 11 ans, il s’inscrit à l’école de musique élémentaire puis continue dans une école plus spécialisée pour finalement, poursuivre au Conservatoire Supérieur. Formé à jouer de tous les instruments à vent, il devient professeur pour instruments à vent en bois.

En 2010, Hovik voyage en Grèce pour travailler en tant que musicien et directeur d’un orchestre d’instruments à vent. L’année suivante, il est invité à se rendre à Barcelone pour enseigner la musique à l’Estudi de Musica, Art y ritme (EMAR).

Ses parents, s’étant installés à Barcelone, il décide d’y habiter. Aujourd’hui, il donne des cours particuliers de musique et de duduk. Parallèlement, à ce travail, il participe à de nombreux concerts en Espagne.

IBRAHIM KEIFO
CHANT, SAZ, BUZUQ ET BAGLAMA

Chanteur syrien de Al-Hassakeh, il imprègne son travail de ses racines : la musique traditionnelle syrienne. Il est l’un des rares chanteurs à avoir développé les traditions arabes, syriaques, arméniennes, kurdes et Hazki et à avoir enrichi l’héritage musical du Nord de la Syrie. Il est également célèbre pour jouer les instruments typiques de cette région : buzuq, saz et baglama.

Il est lauréat du Golden Ornina Award au Festival des chansons syriennes ainsi que du prix Charles Cros en France pour son CD : Song of Jezireh. Il a aussi enregistré 3 CDs de production de festivals et d’institutions culturelles européennes : The Voice of ancient Syria, SHERINE IBRAHIM KEIVO & NDR Bigband, Chants de la Djezireh. Il vit en Allemagne.

NESET KUTAS
PERCUSSIONS

Neset est né dans une famille kurde d’Izmir. Il suit des études au Conservatoire de Musique Turque de l’Université d’Egée à Izmir d’où il sort diplômé. Il exerce en Turquie en tant que professeur. Avant de s’installer en France, il a mené une carrière prolifique de percussionniste en Turquie au sein de différentes formations dont MECAZ et a enseigné dans différentes structures comme l’Université Populaire ou le Centre Culturel d’Izmir. Sa maîtrise des nombreux rythmes du Moyen-Orient et son jeu précis et élégant en font un remarquable percussionniste.

MAEMON RAHAL
QANUN ET CHANT

Musicien compositeur et fabricant d’instruments de musique orientale, Maemon Rahal est né à Lattaquié en Syrie. Il fait ses études à l’Université de Homs et se spécialise dans le Qanûn. Jeune diplômé, il obtient un poste comme professeur de droit dans cette même université. Maemon est membre fondateur de l’Université de Musique Trio à Homs. Il a joué à la citadelle de Damas et d’Alep ainsi qu’à l’Opéra de Damas dans un quatuor.

MODSER MAGDI SHABAN
PERCUSSIONS

Modser est un percussionniste professionnel soudanais issu d’une famille de musiciens. Depuis son plus jeune âge, il joue toute la journée de la musique avec son père et ses deux frères, eux aussi percussionnistes.

Il a ensuite étudié dans une grande école de musique au Caire, en Egypte. Toute sa vie est rythmée par les percussions. Il a eu l’occasion de travailler avec les meilleurs chanteurs africains : Mohamad Mounir, Ahmad Saad, Amr Mustafa.

RADODAN ZAHIR AGHROD

Radodan Zahir Aghrod, né le 31 janvier 1978 à Igli,  petit village de sud-est du Maroc. Malgré les conditions socio-économiques, il termine son baccalauréat en mathématiques (à Tinejdad) et fait  trois années d’études en économie (à Fez). Mais le phénomène de la migration, comme beaucoup d’autres personnes, le touche et change son destin. Il traverse l’Atlantique à bord d’un zodiac pour respirer cette liberté que tous les amazighs (« berbères ») cherchent : La liberté de manger, de croire, de penser et d’aimer.

Actuellement, il habite la province de Barcelone, il travaille comme éducateur dans un centre d’immigrés et poursuit parallèlement des études dans l’éducation sociale. Il est cofondateur  de nombreuses associations de défense de droits des immigrés.

La musique reste toujours présente dans sa vie, grâce en particulier à ses frères (Dandan, Ayenza) qui étaient les musiciens du village  et qui sont maintenant membres de deux groupes de musique : Ifsan et Alkuskus.

REBAL ALKHODARI
CHANT ET OUD

Rebal a étudié 6 ans à l’institut de musique Al-Assad où il obtint son diplôme spécialisé en Oud en 2005. Il est également diplômé de l’Institut Supérieur de Musique en chant et en piano.

Il participe à de nombreux opéras avec Viktor Babenko, étant également son professeur. Rebal s’est perfectionné avec plusieurs grands noms comme Lobana al Kuntar, Ilham Abu Saud ou encore Salim Salim.
En plus de sa carrière de chanteur et musicien, fut lui aussi professeur.
Rebal dirige le chœur Arabeska depuis 2014 en Allemagne.

RUSAN FILIZTEK
CHANT ET SAZ

Agé de 26 ans, Rusan est un stranbej qui désigne en kurde un musicien et un chanteur virtuose. A travers son instrument de prédilection, le saz, il conte des ballades, des louanges, des chants d’amour, de nostalgie, d’humour et de gaieté.

Il est originaire de Diyarbekir et il apprend enfant le saz avec son père. Puis il étudie dans les grandes écoles de musique, telles que Marmara et Sakuria en Turquie. Il est initiateur de nombreux projets musicaux (festival, concert,..) et il joue dans de nombreux groupes en Turquie et en France.

Il voyage au Moyen-Orient pendant plusieurs années, afin d’approfondir ses connaissances de la musique et du chant kurde. Depuis 2015, Rusan s’est installé à Paris afin d’étudier à l’université de la Sorbonne en master d’ethnomusicologie. En France, il est invité dans des festivals comme le festival de l’imaginaire à l’Institut du monde arabe. Il a joué récemment dans un film de Tony Gatlif. “Voyage à travers l’autre” est la première pièce chorégraphique pour laquelle il compose et interprète.

SHADI AL MOGHRABI
OUD

Joueur de oud, il apprend les rudiments avec des professeurs privés avant de commencer à étudier à l’Institut Supérieur de musique en Syrie avec Khaled Aljaramani et Essam Rafeh. En 2003, il poursuit ses études à Damas avec Askar Ali Akbar, professeur de oud originaire d’Azerbaïdjan. Il participe à de nombreux concerts comme membre de l’Orchestre Oriental syrien à Damas. Membre de l’Orchestre National de musique arabe. Il se produit également à l’opéra syrien, dans les églises et dans les maisons traditionnelles anciennes.

Il a fait partie du groupe Said Darwish et a travaillé avec le professeur Hassan Taha. Il s’est produit au Centre pour la culture au Danemark ainsi qu’à l’opéra de Homs. En 2015, il se rend en Allemagne et participe à des concerts avec le Symphoniker de Berlin, l’Orchestre Philharmonique de Berlin et l’Orchestre Wismar. Il vit en Allemagne.

TAREK AL HAMMAD
CHANT

Installé depuis septembre 2015 à Dresde en Allemagne, Tarek est né en Syrie en 1986.

Dès l’âge de 14 ans, il commence à apprendre la musique et le chant avec des professeurs. A partir de 2010, il étudie la musique et le chant oriental à l’Institut Higer de musique à Damas dont il sort diplômé en 2015.

Il participe à de nombreux concerts comme soliste et choriste avec différents groupes et orchestres, comme l’Orchestre syrien oriental et l’Orchestre National de la Philharmonie syrienne.

Il passe à plusieurs reprises dans des émissions radiophoniques arabes et syriennes.

En 2011, il débute comme professeur de musique, professeur de chant oriental et formateur pour chœur.

De 2014 à 2015, il est membre du projet « Bukra Elna » à Damas en tant que chef de chœur d’enfants.

WALID RAFIQ
HARMONIUM ET TABLAS

Walid est originaire d’Afghanistan. Jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de huit ans, la musique était interdite dans son pays mais son père, excellent musicien depuis sa jeunesse, lui a transmis son amour de la musique en jouant secrètement au péril de sa vie. Dès que cela fut possible, Walid a pris des cours de chant et de musique avec un professeur indien sur un harmonium et des tablas pendant trois ans. Parallèlement à ses études de mathématiques, de biologie et de vétérinaire, il suit des cours par internet jusqu’à aujourd’hui. En 2007, il a effectué un stage de trois mois de musique classique indienne à l’école Indira Ghandi de Bangalore. Les instruments qu’il a étudiés sont également ceux utilisés dans la musique folklorique afghane pour laquelle il a une véritable passion. Il est installé en France.